POURQUOI COMMUNIQUER EN VIDEO (1/2)

ARTICLE01_02.png

Trop lourd, trop long, trop compliqué, trop cher : Ces barrages psychologiques reviennent systématiquement lorsque l’on souhaite communiquer en vidéo. Si la plupart des inquiétudes - souvent sources de stress - évoquées sont compréhensibles, il est tout à fait possible d’apporter plus de sérénité dans cette prise de décision sans tomber dans l’insouciance.

Tout d’abord, quelle est la source de ce questionnement ? La réponse est simple : Le manque de visibilité. Tout comme il est difficile de conduire dans un épais brouillard, il est compliqué d’investir dans l’incertitude. Surtout quand on est dirigeant de PME, et que chaque euro dépensé compte.

Néanmoins, toutes les entreprises communiquent d’une certaine façon, et je suis sûr que vous aussi. Que ce soit lors d’une discussion avec ses proches, lors d’un événement pro, d’un salon ou lorsque l’on écrit un post sur LinkedIn.
Sauriez-vous mesurer les exactes retombées de toutes ces micros-actions que vous réalisez au quotidien ? Cela semble compliqué voire impossible.
Sauriez-vous quantifier ce que cela vous coûte ? Très peu d’argent probablement, mais sûrement beaucoup de temps. Du temps que vous pourriez passer à faire ce que vous savez faire le mieux : votre métier.
Pourquoi faites-vous cela alors ? Premièrement, tout le monde le fait, mais surtout, c’est indispensable. Sans cela, vous n’existez pas aux yeux du monde qui vous entoure. Sans cela, vous n’aurez pas de nouveaux clients, pas d’activité et donc pas d’entreprise.

Vous communiquez déjà. Car même inconsciemment, vous êtes convaincu qu’il est essentiel de le faire. Cet aspect paraît déjà beaucoup moins irrationnel, bien qu’impalpable, car la survie de votre entreprise en dépend.

La manière la plus rudimentaire de communiquer est de faire savoir que l’on existe. Et nous sommes tous capables de faire cela par nous-mêmes. Cependant lorsque l’on évolue dans un environnement concurrentiel, ce qui est le cas de toutes les entreprises, le but est de sortir du lot, de se démarquer. Quand on ressent le besoin de se démarquer, le besoin de communiquer se fait ressentir par la suite.

Bien malheureusement, se démarquer est régulièrement semblable à devoir se faire entendre au beau milieu d’un brouhaha incessant. Le web en est le parfait exemple : canal préféré de tous, les messages s’enchaînent à grande vitesse, noyés dans un flux continu.

Il peut paraître vain aujourd’hui de communiquer sur le web, pourtant ce canal reste encore votre meilleure chance de vous démarquer. L’enjeu n’est pas d’être vu, mais d’attirer l’attention, de susciter l’intérêt. Et il n’existe aucun moyen plus efficace que la vidéo pour cela.

RENDEZ-VOUS TRÈS PROCHAINEMENT POUR LA PARTIE 2 DE L’ARTICLE.

Pierre Goasdoue